Archives de
Catégorie : Plats de résistance

Plats de résistance du site Food & Styling. La plupart des recettes sont illustrées, certaines pas encore. Faites  une recherche par ingrédient, en utilisant le module de recherche, si la recette affichée ne correspond pas tout à fait à votre attente. Merci d’avance pour votre compréhension.

Magrets de canard aux artichauts

Magrets de canard aux artichauts

Un petit avant-gout de printemps avec ce magret de canard aux artichauts et pommes de terre grenailles.

Depuis quelques semaines les petits artichauts violets ont fait leur apparition au marché, de même que les premières pommes de terre grenailles primeurs. Une bonne raison donc pour se débarrasser d’un certain blues hivernal!

J’aurais pu remplacer le magret de canard par une autre viande, du veau ou du boeuf auraient parfaitement faits l’affaire, mais les magrets étaient trop tentants.

Pour la cuisson des artichauts je vous renvoie vers une recette précédente de salade aux artichauts.

Magrets de canard aux artichauts

Magret de canard aux artichauts
Magret de canard aux artichauts

Ingrédients: 3 magrets de canard, 1 petit bouquet de 5 artichauts violets, 1 kg de pommes de terre grenailles, 0,5 dl de jus de cuisson des artichauts, 1 dl de vin blanc, du vinaigre balsamique, du sel et du poivre.

Entamez le graisse des magrets de canard en croisillons.

Faites cuire les magrets, coté peau pendant 10 minutes à feu moyen. Retournez les et continuez la cuisson, coté chair pour 5 minutes supplémentaires.

Sortez les magrets de la poêle, mettez les dans un plat à four, le coté graisse au dessus. Enfournez les magrets dans un four préchauffé à 180° pendant 15 minutes. Sortez les magrets du four et gardez les au chaud.

Faites cuire les pommes de terre dans la graisse de canard pendant une vingtaine de minutes, enlevez les de la poêle et gardez les au chaud avec les magrets.

Versez le vin blanc et la cuisson des artichauts dans la poêle et faites réduire ce jus de 2 tiers. Rajoutez du vinaigre balsamique à votre gout et assaisonnez la sauce avec du sel et du poivre.

Réchauffez les artichauts dans la sauce, coupez les magrets en fines tranches et accompagnez le tout de pommes de terre.

Encore quelques grains de fleur de sel sur les pommes de terre et  bon appétit!

Potée de chicons et pommes de terre

Potée de chicons et pommes de terre

J’aime les potées aux légumes, que l’on cuisine dans une seule casserole et qui se mangent dans un bol. La potée de chicons et pommes de terre, aux lardons se transforme en plat végétarien en remplaçant le bouillon de poule par un bouillon de légumes, et les lardons par du fromage.

Potée de chicons et pommes de terre

Potée de chicons et pommes de terre
Potée de chicons et pommes de terre

Ingrédients: 750 g de chicons (endives), 750 g de pommes de terre, 1 oignon, 1 gousse d’ail, , 150 g de lardons de bonne qualité, 1/2 litre de bouillon de poule, 2 feuilles de laurier, 1 branchette de thym, 1 clou de girofle,  du persil haché,  du sel et du poivre.

Pelez l’oignon et l’ail et émincez les.

Pelez les pommes de terre et coupez les en assez gros morceaux. Enlevez les feuilles flétries des chicons et coupez les également en morceaux assez grossiers.

Faites revenir les lardons dans un noix de beurre. Rajoutez y l’oignon et l’ail.

Rajoutez les pommes de terre et les chicons en mélangeant bien le tout.

Rajoutez la moitié du bouillon bien chaud, le laurier, le thym et le clou de girofle, puis faites cuire votre poté pendant une petite demi-heure jusqu’à ce que les pommes terre commencent à se désagréger.

Rajoutez du bouillon dés que la potée s’assèche.

Assaisonnez votre potée avec du sel et du poivre.

Si vous avez choisi pour la version végétarienne, rajoutez quelques petits cubes de fromage avant de servir.

Bon appétit !

Chicons au gratin

Chicons au gratin

Les chicons au gratin, plat d’hiver vedette en Belgique que je me permet de republier à nouveau pour cause de mise à jour technique.

Les contraintes de l’édition nous forcent de temps en temps à utiliser des ingrédients bien avant leur saison. Cette semaine nous avons du cuisiner des asperges blanches. Malheureusement, elles venaient du Pérou et elles étaient insipides et gorgées d’eau. C’était plutôt dommage, le résultat était franchement décevant, mais c’est quand même une raison supplémentaire de plaider pour l’utilisation de produits de saison cultivés naturellement et de préférence localement. Il n’y a aucun plaisir à manger des asperges, des fraises ou des cerises au mois de février, surtout si ces produits sont chers et sans saveur.

Voici donc une recette de chicons (endives pour les Français) au gratin. C’est savoureux, bon marché et de saison !

Chicons au gratin

Chicons au gratin
Chicons au gratin

Voici de nouveau une recette traditionnelle Belge que nous avons un peu modifiée. Nos chicons sont étuvés au lieu d’être bouillis à grandes eaux, et crime de lèse-majesté, nous utilisons du parmesan au lieu de gruyère. Nous espérons donc votre compréhension.

Nous avons donc besoin d’un kg de chicons, de préférence de pleine terre, le jus d’un citron, 1 cuiller à café de sucre en poudre, 30 g de beurre, 8 tranches pas trop fines de jambon de qualité, 150 g de parmesan fraîchement râpé, du sel et du poivre.

Et pour la Béchamel : 50 g de farine, 35 g de beurre, 1/2 litre de lait, noix de muscade, sel et poivre.

Cuisons d’abord le chicons. Enlevez les feuilles un peu flétries et lavez les chicons. Disposez les, côte à côte, dans une cocotte assez grande. Assaisonnez avec le jus de citron, du sel et du poivre et parsemez-les de noisettes de beurre. Rajoutez un fond d’eau et faites étuvez les chicons à feu doux pendant 40 à 50 minutes, ce plat demande des légumes bien cuits. Faites égouttez les chicons en conservant le jus de cuisson pour la sauce béchamel.

Faites fondre le beurre, mélangez la farine au beurre fondu et faites cuire pendant 10 minutes, à feu doux en remuant et sans laisser colorer. Rajoutez peu à peu le lait dans le roux, toujours en remuant le mélange et faites cuire à feu doux pendant 15 minutes. Rajoutez le jus de cuisson à la sauce et assaisonnez-la avec de sel, du poivre, de la noix de muscade et éventuellement encore un peu de jus de citron pour corser un peu la sauce.

Roulez chaque chicon, bien égoutté, dans une tranche de jambon et disposez-les côte à côte dans un plat à gratin. Versez la sauce sur les légumes et parsemez le tout d’une belle couche de parmesan.

Faites gratiner pendant 30 minutes dans un four préchauffé à 180°

Servez ce plat avec de la purée de pomme de terre ou simplement avec du pain.

Magret de canard, sauce au vin rouge

Magret de canard, sauce au vin rouge

Magret de canard, chicons braisé et sauce au vin rouge
Magret de canard, chicons braisé et sauce au vin rouge

Comme il semblerait que l’hiver, le vrai, avec du gel et même de la neige devrait atteindre nos régions ce weekend, je vous propose une recette de saison et rustique. Et c’est encore du canard, mais cette fois j’utilise des magrets de canard du commerce. Faites quand même attention à la qualité du produit, les magrets ‘Labels Rouge’ sont tout à fait satisfaisant. Je les prépare avec des chicons (endives pour les …) braisés et de grosses frite cuites dans la graisse des magrets.

J’aime beaucoup les chicons braisés amers, j’utilise des chicons cultivés en pleine terre, je n’enlève pas le petit cône du pied du légume et je les fait cuire longtemps et bien fondants. Il est évident que vous pouvez adapter la recette suivant vos goûts personnels.

Magrets de canards, sauce au vin rouge.

Commençons par les chicons (endives pour les…)

Il nous faut: 1 kg de chicons, le jus d’un demi-citron, 50 g de beurre, 1 cuiller à café de sucre sel et poivre.

Enlevez les éventuelles feuilles flétries des chicons. Lavez-les et disposez les côte à côte dans une casserole à fond épais. Partagez le beurre et le sucre sur les légumes, arrosez-les de jus de citron et assaisonnez les chicons avec du sel et du poivre. Rajoutez 1 dl d’eau et faites cuire les chicons pendant 35 minutes à feu doux et sous couvercle.

Vérifiez quand même de temps en temps le niveau de liquide dans la casserole, les chicons ne doivent pas brûler.

Enlevez le couvercle,  et montez le feu. Faites carameliser les chicons de tous les côtés et gardez les au chaud.

Continuons avec les magrets

3 magrets de canard, 1 demi-bouteille de vin rouge bien corsé, 1 cuiller à café de miel, 1 cuiller à café de thym frais, 30 g de beurre, sel et poivre.

Entaillez le coté peau des magrets en croisillons jusqu’à la viande. Faites les cuire à feu moyen, côte à côte pendant dix minutes côté peau, puis 5 minutes côté chair. Continuez la cuisson des magrets pendant 10 minutes, sous une feuille de d’aluminium, dans un four préchauffé à 160°, sortez les de la poêle et laissez les reposez pendant 10 minutes.

Versez la graisse de canard dans une poêle propre, elle servira à cuire les frites.

Déglacez la première poêle avec le vin rouge, rajoutez le miel et le thym et faites réduire de moitié. Montez la sauce avec un morceau de beurre frais et assaisonnez avec du sel et du poivre.

Puis les frites….

1 kg de pommes de terre, gros sel, graisse de cuisson des magrets

Pelez les pommes de terre, puis coupez-les en grosses frites.

Epongez les frites dans un torchon de cuisine puis faites les bien dorer dans la graisse pas trop chaude. Egouttez bien la graisse et saupoudrez les frites de gros sel;

Turbot à la salicorne

Turbot à la salicorne

Dans la série des adresses web introuvable, encore un billet de 2011 toujours d’actualité. Pour le bouquin aucune idée, les voies de Hachette étant impénétrables… La recette de turbot à la salicorne existe toujours, c’est par ici.

Nous venons de recevoir un exemplaire de notre livre ” Le grand livre Hachette des recettes pour tous les jours”. C’est devenu une (petite) brique de plus de 500 pages remplies de recettes simples et faciles à réaliser. Il contient quand même quelques recettes cuisinées avec des ingrédients un peu plus chers pour vos repas festifs.

En voici en exemple

Turbot à la salicorne

Turbot à la salicorne
Turbot à la salicorne

Ingrédients: 300 g de salicorne, 1 turbot (environ 2kg, coupé en tranches), 60 g de beurre, 1 cuil. à soupe d’huile, 1 dl de vin blanc, 2 cuil. à soupe de varech séché, 2 dl de crème, sel et poivre

Plongez la salicorne nettoyée pendant 3 minutes dans une grande casserole d’eau bouillante et égouttez-là.Faites revenir les tranches de poisson dans un mélange de beurre et d’huile. Entre-temps, potez le vin à ébullition avec le varech.

Ajoutez-y la crème et laissez réduire jusqu’à la consistance souhaitée. Passez la sauce au chinois et incorporez une noisette de beurre en fouettant. Assaisonnez avec du sel et du poivre, mélangez avec la salicorne.

Nappez le poisson de sauce et servez. Ce turbot est un vrai régal accompagné de pommes de terre vapeur.

La salicorne, toute comme la lavande de mer, est une plante qui croît sur des terres régulièrement recouvertes par l’eau de mer. Blanchissez rapidement la salicorne à l’eau bouillante non salée.

Le varech séché employé ici est un mélange de différentes sortes d’algues marines. On le trouve dans les magasins de produits naturels.

(Extrait du “Grand livre Hachette des recettes pour tous les jours” en vente dans toutes les bonnes librairies au prix de 19,90 €)

Lotte au safran et potimarron

Lotte au safran et potimarron

La lotte au safran et potimarron est une recette beaucoup recherchée sur ce blog, mais à nouveau avec une adresse qui n’est plus à jour.

Du coup, voici quand même la recette un peu festive, mais simple à préparer, de lotte au safran et au potimarron pour nous mettre dans l’ambiance d’un hiver mouillé et venteux.

Lotte au safran et potimarron

Lotte au safran et potimarron
Lotte au safran et potimarron

Pour cette recette il nous faut: 800 g de lotte, en quatre morceaux, 400 g de chair de potimarron, 1 chou fleur vert (Romanesco), 1 g de safran, 2 dl de fumet de poisson, 1 dl de vin blanc, 50 g de beurre, du sel et du poivre.

Faites blanchir le Romanesco dans de l’eau salée. Egouttez le chou fleur et passez-le à l’eau froide afin d’en fixer la jolie couleur verte.
Disposez les morceaux de poisson dans un plat allant au four.
Versez le fumet de poisson et le vin blanc dans le plat. Partagez les fils de safran dans le liquide. Assaisonnez le poisson avec du sel et du poivre. Déposez  quelques noix de beurre sur le poisson.
Faites cuire pendant 20 minutes dans un four préchauffé à 180°.
Sortez le poisson du plat et gardez-le au chaud. Faites réduire le jus de cuisson de moitié et montez la sauce avec un peu de beurre. Rectifiez l’assaisonnement avec du sel du poivre, et un rien de jus de citron.
Entretemps vous avez fait sauter la chair de potimarron, coupée en dés dans du beurre. Réchauffez le Romanesco dans du beurre.
Assaisonnez les légumes avec du sel et du poivre.
Partagez le poisson sur des assiettes bien chaudes, et servez la lotte avec les légumes.
Arrosez le poisson avec la sauce.

Et si vous en avez envie, la lotte se fait volontiers emballer dans quelques tranches de lard fumé.

Bon appétit !

Dos de cabillaud demi-sel, laqué à l’orange

Dos de cabillaud demi-sel, laqué à l’orange

Encore un billet de 2011 mis à jour. Le dos de cabillaud demi-sel, laqué à l’orange reste un de mes plats de poissons préféré. Le salage, court, du poisson raffermi sa chair en éliminant une petite partie de son eau. Et rien ne vous oblige à laquer le poisson à l’orange !

Pour un meilleur confort visuel de nos lecteurs, j’ai décidé de légèrement augmenter la taille des images de ce site. J’ose espérer que cela vous plaira.

Aujourd’hui je vous propose une suite au billet précédent, dédié à un  produit de saison, l’orange.

Dos de cabillaud demi-sel, laqué à l’orange

Dos de cabillaud demi-sel, laqué à l'orange
Dos de cabillaud demi-sel, laqué à l’orange

Contrairement à ce que le titre de cette recette puisse faire penser, la recette est simple à réaliser à la condition de disposer de produits de 1° qualité.

Il nous faut: 4 morceaux de dos de cabillaud bien épais et sans peau de 200 g par personne, 4 oranges, 1 dl de Noilly Prat, 1 cuiller à soupe de miel, 1/2 cuiller à café de farine fine de maïs, 1 petit piment rouge, du gros sel marin et du poivre.

Et pour les légumes: 1 belle botte de radis, une botte de navets, 50 g de beurre, 1/2 cuiller à café de sucre, Un branche de thym, du sel et du poivre.

Roulez les morceaux de poisson dans du gros sel, déposez-les sur une grille et oubliez-les pendant une demi-heure.
Pendant ce temps, zestez une orange et pressez le jus des 4 oranges. Portez le jus d’orange à ébullition avec le Noilly Prat et le miel. Faites réduire de moitié. Délayer le féculent dans un peu du jus d’orange et rajoutez-le à la réduction avec le piment émincé en fines rondelles et le zeste d’orange. Continuez la réduction jusqu’à l’obtention d’un liquide légèrement sirupeux.
Préchauffez le four à 180°.

Rincez et séchez le poisson. Faites fondre une noix de beurre et peu d’huile dans une poêle supportant la chaleur du four: attention aux poignées en plastique!. Mettez les morceaux de poisson dans la poêle, badigeonnez le dessus du poisson, à l’aide d’un pinceau, avec de la réduction d’orange. Laissez cuire pendant 5 minutes. Refaites un nouveau badigeonnage à la réduction d’orange et enfournez pendant 10 minutes. Recommencez l’opération et continuez la cuisson pendant 5 minutes supplémentaires. Gardez le poisson au chaud.

Entretemps vous aurez préparé les légumes.

Pelez les navets et coupez les en quartiers égaux. Coupez les fanes des radis et lavez-les. Mettez les légumes dans une cocotte, saupoudrez de sucre, rajoutez le beurre, le thym et un fond d’eau. Assaisonnez avec du sel et du poivre. Couvrez et laissez cuire à feu doux pendant 10 minutes, en mélangeant de temps en temps.

Servez les légumes avec le poisson.

Bon appétit !

Faisan à la choucroute

Faisan à la choucroute

La recette de ce faisan à la choucroute est encore un de ces billets dont l’adresse a été changée suite à une mise à jour technique. Je la re-publie donc.

L’acidité, et les enzymes de la choucroute font merveille pour attendrir la chair d’un faisan coq un peu coriace. Préparez le donc un jour à l’avance. Vous trouverez des faisans coq jusqu’à la fin du mois de janvier.

Faisan à la choucroute

Faisan à la choucroute
Faisan à la choucroute

Ingrédients: un beau faisan, de préférence un coq, 600 g de choucroute crue, 1/2 bouteille de vin blanc, 1 oignon, 2 gousses d’ail, 1 cuiller à café de baies de genévrier, 2 feuilles de laurier, 2 petites branches de thym, sel et poivre.

Émincez l’oignon et l’ail et faites les revenir dans un noix de beurre à feu moyen sans les faire colorer.

Rincez la choucroute à l’eau froide et égouttez la en la pressant avec vos mains.

Rajoutez la choucroute à l’oignon et l’ail. Rajoutez-y le thym, le laurier et les baies de genévrier. Mouillez le tout avec le vin blanc.

Coupez le faisan en quatre, assaisonnez les morceaux avec du sel et du poivre et faites les revenir dans une noix de beurre. Déposez les morceaux de faisan sur la choucroute. Mettez un couvercle sur la cocotte et faites cuire le faisan  pendant 45 minutes à petit.feu. Vérifiez la cuisson, rajoutez éventuellement un peu de vin et servez le faisan avec des pommes de terre  cuites à la vapeur.

Pour les accros er seulement pour eux, nous permettons de servir ce plat accompagné de peu de moutarde!

Poule au salsifis et purée de panais

Poule au salsifis et purée de panais

Devons nous avoir peur de la nourriture que nous ingérons quotidiennement?

Peut-être.
Depuis quelques semaines je lis régulièrement les recettes publiées sur certains sites de référencement de recettes de cuisine, et je suis souvent effaré par les recettes proposées par certains blogueurs et blogueuses. Les produits utilisés dans de nombreuses recettes comprennent souvent de produits industriels vendus en supermarché tels que par exemple, la Nutella, le Carambar et autres bouillons en cubes, en poudre ou en gels.

Presque personne ne s’arrête aux ingrédients et additifs utilisés dans ce genre d’aliments. Voici un exemple d’une tarte aux cerises vendue en supermarché  et  analysée sur le site de beurk.com

L’article date de 2011. Le lien vers karikol.be est mort. Je l’ai donc remplacé, mais l’analyse reste actuelle.

Et encore nous ne parlons pas de produits frais tels que la volaille, la viande, les poissons et légumes vendus à de prix plus que concurrentiels. Des prix impossibles à concurrencer par des producteurs soucieux de qualité.

Pourtant la tendance n’est pas toujours aussi négative.

Sous la pression des consommateurs ces mêmes supermarchés proposent, côte à côte, des poulets industriels et des poulets labellisés, de la viande de boeuf anémique et bon marchée à côté de viandes issues d’une production (un peu) plus artisanale et (toujours un peu) plus gouteuse, de même que des légumes et fruits bios de plus en plus présents dans leurs rayons.

Et d’autres producteurs arrivent à survivre, espérons-le, en proposant leurs produits par d’autres canaux, tels que des associations de consommateurs, et aussi par le biais de réseaux sociaux sur internet.

Notre  situation  alimentaire n’est pourtant pas si dramatique  qu’on ne l’imagine. Faisons attention à notre alimentation en achetant des produits de saison meilleurs marchés et espérons-le, moins sensibles aux débordements chimiques et manipulateurs, trop couteux pour leurs producteurs.

Malheureusement, cette recherche de produits honnêtes exige du temps, que notre vie trépidante ne nous permet que sporadiquement.

Prenons donc le temps, quel luxe , de choisir des produits alimentaires de qualité et de les cuisiner avec le respect qu’ils méritent.

Pour me faire pardonner ce coup de gueule un peu moralisateur je vous propose une recette de saison.

Poule pochée aux salsifis et mousse de panais

Poule pochée aux salsifis et mousse de panais
Poule pochée aux salsifis et mousse de panais

Ingrédients: 1 belle poule fermière, 1 litre de bouillon de poule, 1 kg de salsifis, 500 g de panais, 2 dl d’huile d’olive d’un producteur honnête, 50 g de beurre fermier,2 dl de crème fraiche,  quelques feuilles d’estragon, sel et poivre.

Pelez et nettoyez le salsifis tels que décrit ici.

Faites cuire les tronçons de salsifis dans de l’eau additionnée  de vinaigre et d’une cuillère à soupe de farine pendant dix minutes. Egouttez les salsifis.

Faites chauffez le bouillon de poule jusqu’à presque ébullition.

Ficelez la poule et plongez la dans le bouillon. Faites pocher le poule pendant une heure dans le bouillon frémissant.

Entretemps, épluchez les panais, coupez les en tronçons et faite les cuire dans un fond d’eau légèrement salée pendant 40 minutes. Egouttez-les et mixez les panais avec l’huile d’olive jusqu’à obtenir une mousse. Salez et poivrez.

Faites  sauter  les salsifis dans une noix de beurre.

Prélevez 2 dl de bouillon de poule et portez-le à ébullition, rajoutez la crème et laissez réduire de moitié. Assaisonnez la sauce avec du sel, poivre et quelques goutes de jus de citron. Montez la sauce avec une noix de beurre.

Découpez la poule et servez avec la purée de panais, les salsifis et la sauce à la crème. Décorez les assiettes avec quelques brins d’estragon frais.

Canard à l’orange

Canard à l’orange

Cette recette de canard à l’orange semble poser problème à certains moteurs de recherches. Je me permets donc de la re-publier!

Le canard à l’orange est un de ces plats ‘vedettes’ de nos parents qui, dans les années ’60 et ’70  du siècle dernier, était fièrement servi aux invités du samedi soir.

La recette classique est quand même un peu compliquée. Elle nécessite un caramel, un fond brun et d’autres techniques et ingrédients qui ralentissent la préparation du fameux canard à l’orange.

Pour la recette du canard à l’orange, un peu simplifiée, que je vous propose aujourd’hui je n’utilise que les cuisses du canard puisque j’ai utilisé les magrets pour les sécher. Mais je vous propose quand même une cuisson séparée de magrets laqués à l’orange qui seront servis rosés en compagnie des cuisses de canard braisées.

Canard à l’orange

Canard à l'orange
Canard à l’orange

Passons à la recette.

Il nous faut: 4 cuisses de canard, 3 oranges, 1 dl de vin blanc sec, 1 oignon, 1 cuiller à dessert de miel, 2 cuillers à potage de vinaigre de vin, 2 feuilles de laurier, un petit piment rouge épépiné, du sel et du poivre.

Faites revenir les cuisses de canard dans une cocotte sans matière grasse. Sortez les de la cocotte et remplacez les cuisses de canard par l’oignon émincé. Faites cuire en mélangeant dans la graisse rendue par les cuisses de canard sans les laisser colorer. Rajoutez les cuisses dans la cocotte et enfournez 1 heure dans un four préchauffé à 160°.

Entretemps, prélevez les zestes de 2 oranges et faites les blanchir pendant 3 minutes dans de l’eau froide et puis portée à  ébullition. Rafraichissez les zestes à l’eau froide et réservez-les.

Pelez 2 oranges à vif et séparez les quartiers à l’aide d’un couteau bien aiguisé. Pressez le jus de la troisième orange et des restes de jus des oranges détaillées en quartier.

Vérifiez la cuisson des cuisses de canard et s’ils sont cuits, sortez les de la cocotte et gardez les au chaud, sinon reprenez la cuisson pendant quelques minutes.

Si la cocotte contient trop de graisse, il ne nous en faut qu’un fond, éliminez le surplus. Déglacez la cocotte au vin blanc et au vinaigre. Laissez cuire quelques minutes, puis rajoutez le piment entier, le miel et les feuilles de laurier.

Faites réduire d’un tiers, rajoutez les zestes et continuez la cuisson de la sauce pendant quelques minutes.

Montez éventuellement la sauce avec une noix de beurre, assaisonnez avec du sel et du poivre.

J’ai servi ce canard à l’orange avec une mousse de panais

Réchauffez les cuisses de canard dans la sauce et servez immédiatement.

Et voici la recette promise de magrets de canard laqués à l’orange.

Magrets de canard laqués à l’orange.

Il nous faut: les 4 magrets des canards utilisés dans la recette des cuisses de canard à l’orange, le jus d’une orange, 0,5 dl de vinaigre de vin, 1 cuiller à potage de miel, 1 petit piment rouge, du sel et du poivre.

Mélangez tous les éléments pour le glaçage des magrets de canard et portez à ébullition. Faites cuire pendant 3 minutes et laissez refroidir.

Entaillez la peau des magrets en croisillons jusqu’à la chair.

Faites cuire les magrets, coté peau,  dans une poêle sèche pendant 10 minutes. Retournez les magrets et faites cuire 5 minutes supplémentaires.

Retournez les magrets côté peau et badigeonnez la peau avec le glaçage à l’orange. Enfournez dans un four préchauffé à 160° pendant 10 minutes. Badigeonnez toutes les quelques minutes avec le glaçage à l’orange.

Sortez les magrets du four et laissez reposez 10 minutes avent de les couper en tranches.

Servez  les magrets séparément où alors ensemble avec les cuisses pour une tablée de 8 à 10 convives.

Les carcasses de canards peuvent servir pour un faire un bouillon ou un fond de canard.

Page 2 sur 17
1 2 3 4 17