Archives de
Catégorie : Humeurs

Le plat de pâtes le plus simple au monde

Le plat de pâtes le plus simple au monde

Last Updated on

Si la raison d’être d’un blog, sans prendre en compte une bonne dose de narcissisme de la part de l’auteur, est d’être lu, comment savoir si le contenu proposé est apprécié par vos lecteurs ?
Vous pouvez bien sûr vous inscrire dans beaucoup d’annuaires, surtout ceux qui génèrent une sorte de classement, par le nombre de billets lus ou par vote des lecteurs, et procurent, en plus, des liens bénéfiques au classement dans les moteurs de recherche.
Vous pouvez aussi laisser des commentaires, plus au moins pertinents, sur des blogs traitant de sujets similaires, ou même créer des réseaux de sites en participant à des jeux dont le seul but est de fournir des liens croisés aux participants. Un exemple en est le jeu des « tags », populaires parmi les blogs traitant de recettes de cuisine. Mais ces techniques, sans aucun doute utiles, pour faire monter son blog dans les divers classements ne livrent aucune réponse à la question de la qualité ou de la pertinence des billets publiés.
Une des seules possibilités de connaître la pertinence et l’intérêt des lecteurs pour votre blog, est de vérifier le temps consacré à vos billets par ces mêmes lecteurs. Un second critère étant la qualité des commentaires.
Mais comme mon narcissisme me convainc de ne pas prendre en compte mes propres conclusions, je vous livre un nouveau billet, quoi que vous en pensiez.

Je vous propose la recette du plat de pâtes le plus simple au monde, mais néanmoins délicieux.

Spaghetti olio, aglio e peperoncino

Spaghetti olio, aglio e peperoncino
Spaghetti olio, aglio e peperoncino

Nos ingrédients se limitent à 400 g de spaghetti, 2 gousses d’ail entières et non pelées, 1 petit piment rouge entier, 3 tomates, mondées, épépinées et coupées en petits cubes, 2 cuillers à potage de persil plat haché, 3 cuillers à potage d’huile d’olive, du sel et du poivre, du parmesan fraîchement râpé.

Faites chauffer l’huile, rajoutez-y l’ail et le piment et faites cuire à feu doux pendant quelques minutes. Remplacez l’ail et le piment par les tomates et le persil, assaisonnez avec du sel et du poivre, mélangez pendant une à deux minutes et mélangez immédiatement avec les pâtes cuites et égouttées.

Servez avec le parmesan.

Aile de raie aux petits légumes marinés

Aile de raie aux petits légumes marinés

Last Updated on

Il y aura toujours quelqu’un pour se plaindre de la qualité des produits alimentaires disponibles dans le commerce. Pourtant, je suis certain que jamais, jusqu’à aujourd’hui, on a eu autant de choix en aliments de qualité supérieure.

Si vous achetez des fruits et des légumes de saison, de pleine terre, et non fabriqués dans des usines à légumes qui produisent presque toute l’année des produits uniformes et insipides, non seulement vous mangerez moins cher, mais en plus vous en aurez nettement plus de plaisir.

Jamais non plus il n’y a eu autant de labels de qualité pour les fromages, les volailles et autres viandes. Évidemment, ces produits sont plus chers, mais avez-vous déjà comparé la différence de goût et de texture entre un poulet industriel âgé de six semaines à l‘abatage et un poulet fermier ? Faites le test, et pour compenser la différence de prix, mangez en moins.

Je pourrais déblatérer encore longtemps au sujet de bouillons en cubes, de légumes congelés à la crème et autres yaourts aux arômes de fruits, mais je préfère en rester là pour le moment en vous donnant une nouvelle recette de saison, parue dans le goût de Gael.

Raie aux petits légumes marinés

Raie aux petits légumes marinés
Raie aux petits légumes marinés

Préparons d’abord les légumes. Il nous faut: une petite botte de radis, 1/2 concombre, 1 courgette, 1 botte de jeunes carottes, 1 petite botte de navets, 25 cl de vinaigre de vin blanc, 12 grains de poivre, 3 feuilles de laurier, 2 branches de thym, 3 gousses d’ail, 2 c. à s. de sucre, 1 c.àc. de sel.

Mélangez le vinaigre, le poivre, l’ail, le sucre, le sel, le laurier et le thym. Ajoutez 1/4 de litre d’eau et portez à ébullition. Laissez ensuite cuire doucement pendant 10 minutes.

Pendant ce temps, nettoyez les légumes, ôtez les pépins du concombre et de la courgette et coupez les légumes en morceaux.

Cuisez les légumes séparément à la vapeur en les gardant un peu croquants. Placez les dans un bocal et versez la marinade bouillante par-dessus. Fermez le bocal et laissez refroidir.

Les légumes peuvent être dégustés dès qu’ils ont refroidi et peuvent se conserver plusieurs semaines au réfrigérateur.

Maintenant le poisson : Prévoyez un morceau d’aile de raie par personne, 1 peu de farine, du sel et du poivre, un morceau de beurre et un peu d’huile pour la cuisson. Mélangez la farine avec du poivre et du sel, roulez-y le poisson et faites le cuire dans un mélange de beurre et d’huile.

Servez chaud avec les légumes et un petit filet d’huile d’olive.

Oeufs en gelée

Oeufs en gelée

Last Updated on

En lisant les billets postés sur beaucoup d’annuaires consacrés à la cuisine, je me demande souvent si la vraie cuisine existe encore dans la ‘blogosphère’. Si l’on ne prends pas en compte les billets consacrés aux verrines, aux macarons, recettes au chocolat et pains pétris et cuits dans diverses machines automatiques, il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et je ne n’oserais pas critiquer les divers : génials, quel dessert magnifique et autres les mots me manquent…, qui servent de commentaires à la plupart de ces billets, alors que d’après mon humble expérience, le temps consacré à la lecture d’un billet est, en moyenne, de 7 secondes. Se pourrait-il que ces commentaires ne servent qu’à augmenter le nombre de liens des blogs en question ?

Mais après ce commentaire un peu méchant, je m’en voudrais de ne pas poster une recette qui intéressera peut-être un lecteur ou une lectrice de cet annuaire.

Oeufs en gelée

Oeufs en gelée
Oeufs en gelée

Pour cette recette, il nous faut : 3 dl de bouillon de volaille bien corsé, 4 feuilles de gélatine, 4 oeufs bien frais, 1 cuiller à potage de ciboulette hachée, quelques feuilles de persil plat ou de cerfeuil, du vinaigre de vin blanc, du sel et du poivre.

Faites cuire les oeufs 4 à 5 minutes dans de l’eau bouillante. Arrêtez la cuisson des oeufs en les plongeant dans de l’eau glacée et laissez les refroidir. Ecaillez les oeufs.

Faites ramollir la gélatine à l’eau froide pendant 10 minutes et faites la dissoudre dans le bouillon chaud. Assaisonnez, fortement,cette gelée avec du sel, du poivre et du vinaigre, la gelée en refroidissant est souvent un peu fade.

Versez un fond de gelée dans des ramequins, faites la prendre au réfrigérateur. Déposez quelques feuilles de persil ou de cerfeuil sur la gelée, disposez les oeufs dans les ramequins, partagez la ciboulette dans les ramequins, et versez le reste de la gelée refroidie sur les oeufs.

Il ne reste plus qu’à faire prendre la gelée au froid pendant quelques heures avant le repas.

Servez les oeufs en gelée avec une salade. Quelques crevettes fraîchement épluchées donnerons un air de fête à cette entrée fort classique.

Bon appétit!

A mon dernier repas

A mon dernier repas

Last Updated on

Pain au levain maison

Pour la recette: pain au levain

Pain au levain maison
Pain au levain maison

Que voulez-vous manger à votre dernier repas ? C’est une des questions posées chaque semaine à une personnalité dans un journal d’opinion. La plupart des personnes interrogées répondent en termes de plats préférés, de souvenirs d’enfance ou d’expériences uniques avec des produits rares ou coûteux. À y réfléchir, je ne saurais pas quoi choisir, mais il y aura du pain. Pas le produit industriel et insipide que l’on nous impose de plus en plus dans nos super- et autres hypermarchés, ni le pain précuit et tout aussi industriel que nous vendent de plus en plus de boulangers qui eux ne prennent plus le temps de pétrir et de cuire un pain odorant à la croûte dorée et croquante. Le consommateur mérite quand même mieux que ça. Les ‘ vrais ’ boulangers ferment de plus en plus en plus leurs boutiques sans trouver de successeurs. Le problème semble se situer au niveau des prix pratiqués, des horaires de travail de ces artisans et surtout de la moindre importance accordée par le consommateur à la qualité gustative de son alimentation. Si cette tendance se confirme, le pain artisanal risque de devenir un produit de luxe comme le sont déjà le poisson péché en mer, la viande de production non industrielle, sans mentionner les fruits et légumes insipides cultivés en serres par des méthodes hydroponiques. D’ailleurs, si l’on ne nous laisse pas le choix, faisons notre pain nous-mêmes. Je ne connais rien de plus relaxant que de pétrir un gros pâton, ni rien de plus délicieux que l’odeur du pain au sortir du four. Voici un lien avec un site spécialisé avec ses recettes et tours de mains.

Le stylisme culinaire, quelques explications (suite 2)

Le stylisme culinaire, quelques explications (suite 2)

Last Updated on

Imaginons un produit alimentaire (fictif) tel qu’une pâte à la sauce tomate en conserve.

Nous avons besoin d’une image destinée à l’étiquette collée sur la boîte de conserve. Il  nous faut donc une image d’un plat de pâte la plus appétissante possible.

Essayons d’abord de le préparer suivant le mode d’emploi sur l’emballage. Le résultat ressemblera presque certainement, et au mieux, à une pâtée pour bébés. Les pâtes sembleront trop cuites et collées par une sauce trop épaisse de couleur plus au moins orangée, sans parler de la garniture, probablement des boulettes de viandes grisâtres.

Il sera donc préférable d’analyser le contenu de cette conserve, de demander la recette de la sauce et des boulettes au fabricant et d’essayer de reconstruire le plat avec la liste des ingrédients fournis.

Dans ce cas de figure, la « tricherie » ne sera qu’esthétique, la seule différence entre le plat original en conserve et le plat reconstruit par le styliste culinaire ne sera que la mise en conserve et le traitement du produit : la stérilisation, ou un autre traitement pour la cuisson et la conservation du produit.

Cette façon de procéder est-elle une tricherie par rapport au consommateur ?

La réponse est ambiguë. Non, parce que nous n’avons pas rajouté d’ingrédients supplémentaires, ni changé les proportions de pâtes, de sauce, ou de boulettes.

Oui, parce que le plat présenté sur l’étiquette sera plus appétissant qu’en réalité, malgré le fait qu’aucun consommateur de ce plat de pâte en conserve n’aura l’espérance d’obtenir un plat de pâtes cuisinées maison en réchauffant une boîte de conserve !

Page 3 sur 3
1 2 3