Archives de
Category: Humeurs

Un renouveau du site foodstyling.be

Un renouveau du site foodstyling.be

J’ai souvent pensé à intégrer les pages de mon site Joomla à WordPress.

Une belle arrête, le poisson est mangé, l'assiette est vide
Une belle arrête, le poisson est mangé, l’assiette est vide

J’ai enfin osé. Et ça marche.

Ca n’a pas été facile, mais pour le moment les moteurs de recherches suivent les changements d’urls.

Il  n’y a que Facebook qui ne suit pas.

Donc je vous demande gentiment de me permettre de récupérer mes “j’aime ” sur Facebook. Venez  voir le site renouvelé  et aimez et partagez mes billets de recettes.

Et surtout, n’oubliez pas de me signaler les inévitables erreurs restantes.

Pour l’instant, plus aucun ‘j’aime’, mon assiette est vide, le poisson est mangé.

Merci d’avance !

P.S. Et je reviens très vite avec de nouvelles recettes.

 

Recette.Land, site parasite?

Recette.Land, site parasite?

Tout le monde n’est pas encore au courant.

Sachez qu’il existe des sites parasites qui aspirent le contenu entier de vos blogs et sites et les régurgitent sous forme d’Iframe. Ces iframes emballent votre contenu dans un cadre html qui ensuite est publié sur le site parasite et ce, bien entendu sous leur propre nom de domaine.

Cette technique permet donc de se créer un site en quelques clics sans devoir se casser la tête à créer du contenu.

Certains de ces sites parasites se prétendent même être un moteur de recherche au même titre que Google, Bing et autres Voila. Ils ne demandent bien entendu aucune autorisation aux auteurs de textes et images pour ces publications.

Certains de ces sites parasites utilisent même, et sans aucune vergogne,  des techniques assez avancées pour contourner toutes tentatives des auteurs de sites et de blogs de bloquer l’aspiration de leur contenu.

Certains de ces sites parasitent rendent bien entendu le retrait du contenu parasité fort difficile, et même pratiquement impossible.

Et bien entendu, les administrateurs de ces sites parasites ne répondent jamais, ni aux mails, ni aux courriers des auteurs frustrés de leur travail parasité.

Ces sites parasites sévissent dans toutes les catégories de contenu sur internet, mais un petit nouveau, Recette.land, pour ne  pas le nommer, a pris pour cible les blogs de cuisine francophones. Il se targue de publier près de 600.000 recettes, dont probablement les vôtres

Ne dites donc plus que vous n’avez pas été prévenu!

Et vous aurez aussi compris que je suis en rogne, je n’aime vraiment pas le parasitage, et surtout pas un parasitage à mes dépens!

Pour une alimentation équilibrée

Pour une alimentation équilibrée

Depuis un certain temps nous sommes submergés de variations au sujet d’une alimentation saine et équilibré. A priori cela ne me pose aucun problème.

Recettes ‘sans’

Mais cela se corse quand certains ‘gourous’ se mettent à prôner des régimes déséquilibrés, surtout basés sur le ‘sans’. Le nombre de recettes publiés sur les sites et blogs de cuisine ayant comme leitmotiv le ‘sans’ ne sont plus à compter.

Sans gluten, sans lactose, sans oeufs,sans beurre, sans tout et sans rien.

Et si encore ces régimes et recettes ‘sans’ étaient destinés à ceux que cela concerne vraiment, les personnes allergiques ou intolérantes à certains ingrédients, je serai le premier à applaudir ces initiatives.

Mais non, ces régimes sont le plus souvent conçus pour faire perdre du poids! Et nous en avons connu de ces régimes. Atkins, Montignac et plus récemment encore HFLC ou beaucoup de graisses, peu d’hydrates de carbone.

Et encore, je passe sur la mode de ces soi-disant super ingrédients tels que les baies de goji, les graines de chia et autres ingrédients supposés nous faire mourir en bonne santé.

Aliments industriels

Une autre extrème dans notre alimentation est représentée par la production industrielle d’aliments .  Alors que la nourriture est censée nous apporter les éléments nécéssaires à notre santé et notre bien-être, les grands de l’industrie alimentaire nous submergent de produits pour le moins douteux, pizzas aux faux fromages, lasagnes idem, yaourts qui n’en sont pas, viandes et volailles moins chers  que la nourriture qu’ils sont sensés avoir mangée pendant toute leur misérable vie, crevettes et poissons élevés aux déchets et aux antibiotiques. Sans parler des fruits et légumes produits par hydroculture.

Alternatives

Et pourtant il existe des alternatives.

Achetons des fruits et légumes de saison. Achetons des viandes et des volailles de qualité, plus chers c’est certain, mais nous en mangerons de moindres quantités. De même pour les oeufs, fromages et produits laitiers.

La plupart de ces produits se vendent  dans votre hypermarché préféré. Vérifiez les labels et étiquettes des aliments que vous achetez. Ils demanderont un peu plus de temps à cuisiner, mais cuisiner procure souvent autant de plaisir que manger, surtout accompagné d’un verre de vin.

 

Percolateur Bialetti

Percolateur Bialetti

Pour une raison que j’ignore, certaines personnes m’interrogent au sujet de mes ustensiles de cuisine préférés.

Alors, à part l’usage d’une belle collection de couteaux, de casseroles, poêles et autres chinois, je me gratte la tête pour imaginer une réponse plus au moins intelligente.
Je ne possède pas de robot de cuisine intelligent branché internet, ni de machine à expresso sophistiquée, avec ou sans capsules. Voici donc, et après mûres réflexions, le machin que j’utilise au moins 3 à 4 fois par jour, qui ne tombe jamais en panne, se rince à l’eau claire, supporte même d’être, de temps en temps, oublié sur le feu, au prix de certains dommages esthétiques et du renouvellement d’un joint à quelques centimes.
Voici donc mon percolateur Bialetti, qui, à condition d’être nourri avec un café de qualité, ne m’a jamais déçu!
Ce billet, comme aucun billet de ce blog, n’est sponsorisé!

Recette.land, un site aux pratiques indélicates ?

Recette.land, un site aux pratiques indélicates ?

Aujourd’hui pas de recette, juste une photo d’une assiette pratiquement vide pour dénoncer un site, Recette.Land.

Ce site qui se présente comme un moteur de recherche comparable à Google (excusez du peu !) pompe les images et recettes de nombreux blogs de cuisine en les restituant sous forme d’iframe. Ils revendiquent plus de 500 000 recettes à ce jour et ce sans permission de leur auteur.

Toutes tentatives, à l’amiable, de faire retirer les liens et images de ce site ayant échoués, certains blogueurs se considérant être  victimes d’une forme d’escroquerie ont décidés de porter plainte devant la justice contre les responsables et éditeurs, pour le moins indélicats, de ce site.

Par ce court billet je m’associe aux plaintes contre Recette.land.

Un blog de recettes ?

Un blog de recettes ?

Publier un blog de recettes est un partage de découvertes, de connaissances et surtout de joie.

Parce que cuisiner pour ses amis, sa famille, se doit d’être un moment de détente et de plaisir, sans stress ni complications inutiles.

Un repas simple, cuisiné avec des produits de qualité, procure autant de plaisir qu’un diner dans un restaurant étoilé, à condition d’être bien entouré.

Nous avons démarré ce blog il y a près de dix ans pour promouvoir nos activités de stylistes culinaires en complément de notre site, qui lui est en ligne depuis déjà 15 ans.

Et comme toutes choses, ce blog a évolué.

Aujourd’hui nous vous proposons surtout des plat simples, aux ingrédients de saison de la meilleure qualité possible.

Parfois, nous nous insurgeons contre des modes culinaires que nous considérons comme ineptes, tels que les one pot pasta, les superfood, les régimes LCHF, paléo et autres régimes sans : sans gluten, sans lactose, sans oeufs…et beaucoup d’autres sans.

Dans certains cas d’intolérances et d’allergies alimentaires ces restrictions sont évidemment indispensables et justifiées, mais se nourrir de cette manière afin de perdre du poids ne nous semble pas vraiment justifié.

Et depuis que nous lisons la liste des ingrédients de certains produits alimentaires industriels, tels que les bouillons en cubes, margarines et autres pâtes à tartiner, nous ne les utilisons plus!

Les recettes que nous vous proposons sont donc destinées à être partagées préparées et mangées dans la bonne humeur.

Adaptez les comme vous en avez envie.

Nous revenons très vite avec de nouvelles recettes que nous aimons cuisiner et manger!

Pasta carbonara

Pasta carbonara

En cuisine l’imagination est et doit rester reine. De nouvelles techniques de cuisson, de conservation et associations inédites d’ingrédients nous permettent de nombreuses expérimentations. Certaines de ces créations culinaires réussissent, d’autres moins. Mais certaines recettes classiques se doivent d’être cuisinée de manière traditionnelle en utilisant les meilleurs ingrédients disponibles. Un de ces plats souvent maltraité et dénaturé est la pasta carbonara, tout comme le ragù bolognese, ou même la blanquette de veau.

Évidemment, tout le monde est libre de cuisiner suivant ses gouts, mais de grâce, adaptez alors l’intitulé de vos recettes!

Mon jarret de veau aux salsifis n’est pas un osso buco, même si la coupe de la viande utilisée est la même. Et suivant la même logique, une sauce tomate aux lardons et aux légumes n’est pas un Ragù alla Bolognese.

Et pour illustrer ce qui précède, je vous propose une recette de pasta carbonara aux ingrédients authentiques.

Pasta carbonara

La recette est simple et comme toujours dés qu’il s’agit de plats traditionnels, utilisez des ingrédients de qualité.

Pasta carbonara, ingrédients
Pasta carbonara, ingrédients

La pasta carbonara ne contient surtout pas de crème, ni de légumes, pas de lardons fumés industriels, mais bien du guanciale, comme sur la photo, ou à la rigueur de la pancetta de qualité, des oeufs, du pecorino romano, et si vous n’en trouvez pas, du parmesan fraichement rapé fera tout aussi bien l’affaire, en plus de pâtes longues de qualité, comme des spaghettis ou des linguine. Et du poivre noir du moulin et du sel  pour l’assaisonnement. A ne pas dédaigner, la pasta carbonara se cuisine en moins de vingt minutes!

Ingrédients: 500 g de pâtes, 250 g de guanciale, 5 oeufs, 100 g de pecorino, du sel et du poivre noir.

Coupez le guanciale en petits cubes ou en bâtonnets. Râpez le pecorino.

Mettez les pâtes à cuire dans un grand volume d’eau salée.

Battez 3 oeufs entiers et 2 jaunes d’oeufs avec le fromage afin d’obtenir un mélange mousseux et crémeux.

Faites cuire le guanciale dans une poêle à feu moyen jusqu’à obtenir des lardons bien dorés et croustillants.

Rajoutez 1 à 2 cuillers à potage d’eau de cuisson des pâtes au mélange oeufs/pecorino.

Égouttez les pâtes, mélangez les aux oeufs et au guanciale, saupoudrez la pasta carbonara avec du poivre et servez immédiatement.

Bon appétit!

Pas d’image du plat aujourd’hui, il a été mangé trop vite. Je rajouterai la photo le plus rapidement  possible.

Bouillons maison

Bouillons maison

Cuisiner un bouillon n’est pas compliqué, ne demande aucun ingrédients cher et cuit pratiquement tout seul sans exiger beaucoup d’attention pendant sa cuisson. En plus il se congèle très bien.

Voici quelques liens: bouillon de boeuf, bouillon de poule, et un  fumet de poisson.

Je vous promet les recette suivantes pour un  bouillon de légumes et un  bouillon de crustacés pour un avenir proche.

Et comme les bouillons, et leurs restes font plaisir à tout le monde, voici une collection d’os  rongés et étalés artistiquement par notre chien.

Avant d’employer les bouillons cubes du commerce, lisez en la composition:

Vous serez surpris de constater que ces cubes contiennent autant de sel, du mono-glutamate, de la graisse, souvent sous la forme d’huile de palme, en plus d’extraits et exhausteurs de goût et de E- de toutes sortes.

Vous avez donc le choix, pour ma part il est fait, pas de bouillons en cubes dans ma cuisine!

Et pour terminer ce billet par quelque chose qui n’a rien à voir, j’avais fait hier un billet de blinis au caviar de saumon.

Comme je n’était pas trop satisfait avec la photo proposée en illustration, en voici une autre.

Soupe de pois chiche, cime di rapa et pâtes frites

Soupe de pois chiche, cime di rapa et pâtes frites

J’ai pu paraitre un rien grincheux dans mes derniers billets, en critiquant assez fermement les ‘one pot pasta’ .

Tout le monde cuisine ce qu’il veut avec les produits qu’il est tout à fait en droit de choisir lui-même. Et le résultat ne concerne que lui, et ses convives éventuels.

Mais cette liberté de choix et d’exécution n’est pas absolue pour les rédacteurs de recettes publiées soit sur papier, soit sur le net. Ces rédacteurs de recettes portent une certaine responsabilité par rapport à leurs lecteurs. Leurs publications peuvent servir d’exemples et contribuer à propager des inepties culinaires.

Et, c’est bien le cas avec la propagation de recettes de ‘one pot pasta’. Pour la plus part, les recettes à base de pâtes ne sont pas trop compliquées et ne nécessitent pas trop de vaisselle dans leur réalisation: une casserole ou une poêle pour la sauce et une grande casserole pour la cuissons des pâtes.

 

Les dernières décennies  la cuisine française c’est peu à peu affranchie des contraintes d’une cuisine classique codifiée par Escoffier pour évoluer vers une cuisine de cuisiniers vedettes.

La cuisine italienne, par contre, est une cuisine des régions, avec des recettes familiales bien précises  et est  basée sur des produits locaux, traditionnels et de saison.

Le ragù alla bolognese, la pasta carbonara ou la caponata sont des recettes traditionnelles et familiales aux ingrédients bien définis et à la préparation structurée, même si chaque famille détient quelques secrets et ingrédients particuliers.

Les ‘spaghetti bolo’, les ‘carbo à la crème’ et autres ‘pizza à l’ananas’ sont donc des aberrations culinaires pour la plupart des Italiens.

Je vous propose  de découvrir un blog  qui exprime, bien  mieux que moi les traditions et les valeurs culinaires italiennes : Mangiare Ridere. Et je vous rassure,  c’est en français!

Pour me racheter de cette introduction assez austère, je vous propose une recette simple et pleine de soleil de l’Italie du sud.

De plus, c’est presque un one pot pasta ,une recette de ‘cucina povera’ originaire des Pouilles à base de pois chiche, de cime di rapa,   une espèce de broccoli à petite fleurs aux feuilles et tiges comestibles, aussi connu sous le nom de broccoletti, et de pâtes fraiches  frites à l’huile.

Soupe de pois chiche, cime de rapa et pâtes frites

 

Soupe de pois chiche, cime de rapa et pâtes frites
Soupe de pois chiche, cime de rapa et pâtes frites

Ingrédients: 1 gros oignon, 200 g de pois chiche, 500g de cime di rapa ( à remplacer éventuellement par du broccoli), 500 g de tagliatelle fraiches, huile d’olive, un morceau de cannelle, du sel.

Pas d’ail, ni de laurier, pas de thym et pas de poivre, mais je vous laisse improviser!

Faites tremper  les pois  chiches pendant une nuit dans de l’eau froide.

Emincez l’oignon et faites le revenir dans de l’huile d’olive. Rajoutez les pois chiches égouttés et un litre d’eau. Faites cuire les pois chiche pendant 45 minutes.

Versez un litre d’eau sur les pois chiche et les cime di rapa (broccoli ), puis continuez la cuisson, le temps de frire les tagliatelle.

Faites chauffer de l’huile et faites-y dorer les pâtes par petites quantités. Mettez les pâtes égouttées dans la soupe et continuez la cuisson pendant quelques minutes.

Assaisonnez la soupe avec du sel et servez la bouillante.

Personnellement, j’aurais rajouté  du piment, du poivre, voire du thym et même remplacé l’eau par un bouillon et servi la soupe  avec du pecorino, mais il n’y en avais pas. C’est cela aussi, la cucina povera.

Merci à Assunta, d’ailleurs son parmigiana d’aubergines était le meilleur que je n’ai jamais mangé.

Bon appétit!

Page 1 sur 3
1 2 3